|


Edito

Page : [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25

Reprise et changements

Le dimanche 14 juin 2020

Après ces évènements qui ont profondément bousculé la vie de chacun d’entre vous et aussi la vie paroissiale,  et qui ont rendu impossible la célébration des baptêmes, mariages, premières eucharisties et profession de foi, nous recommençons à nous rassembler le samedi et le dimanche pour célébrer notre foi au Christ Ressuscité.
En ce moment, nous reprenons contact avec toutes les personnes qui ont demandé à l’église la célébration d’un sacrement et nous essayons de nous réorganiser en tenant compte le mieux possible des désirs et des attentes des personnes concernées. Grace à l’écoute, à la compétence et à l’engagement de nos accueillants et de nos deuxnotaires paroissiales –Sylviane et Colette – les nouveaux plannings sont en train de se remplir … Nous trouvons auprès de ceux qui attendent de voir se réaliser leur projet beaucoup de compréhension et de souplesse. Nous souhaitons de tout cœur que tous ces évènements vécus en Église apportent à tous soutien et réconfort et qu’ils inscrivent un souvenir profond dans leur cœur…                                                         
                                                                   Marcel GASNIER, curé

ESPRIT de PENTECOTE

Le samedi 30 mai 2020

A Jérusalem, Ils étaient nombreux ceux qui étaient rassemblés pour la première Pentecôte. Dans l’église de Mordelles, pour la Pentecôte 2020, nous ne serons sans doute pas une foule immense… Ce qui est sûr, c’est que nous serons tous heureux de nous retrouver, de nous revoir, d’être ensemble et de faire corps, chacun apportant sa part à la construction de l’Eglise dans le monde de ce temps… Nous avons éprouvé combien ce rassemblement pour la messe apportait du sens à notre vie et qu’en être privé creusait en nous un manque et une souffrance... Retrouvons donc avec joie ce bonheur de nous rassembler en Eglise pour nous rendre plus proches du Christ Jésus qui nous sauve et aidons-nous à être attentifs à l’Esprit-Saint qui nous guide vers la vraie vie….

Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ?

Dix jours après l'Ascension de Jésus au ciel, c’est donc l’événement de la Pentecôte. Un événement qui se passe dans une maison : Cette maison était fermée par la peur. Elle va être ouverte par la venue de l’Esprit-Saint.
Pour décrire l’événement, Luc, l'auteur du livre des Actes signale un bruit « comme un vent violent ». Le vent est caractéristique de l'Esprit Saint qu’on désigne aussi par le même nom de «
 souffle ». Il s’agit bien là du souffle de la vie, du souffle de la liberté .

Il est question aussi de feu qui descend du ciel. Un feu qui suggère bien sûr la chaleur humaine, la chaleur divine de l'Esprit qui est amour, Le feu qui est aussi Lumière qui illumine les cœurs et apporte la paix profonde .
Cette irruption de l’esprit Saint au cœur de la maison provoque un bouleversement profond chez les Apôtres. Une sorte de
 force intérieure qui les pousse au dehors pour annoncer cette joie intérieure qui a rempli leur cœur et qui éclaire maintenant toute leur vie .

La force reçue d’en haut les établit comme des croyants adultes et les envoie témoigner de leur foi au cœur du monde. L’église connaîtra toujours ce double mouvement.

L'Esprit construit l'Eglise comme une communauté missionnaire. Il lui donne son unité et il la maintiendra dans l’unité. Mais il donne à ses disciples l’ordre d'être ses témoins jusqu'aux extrémités de la terre …
L’Eglise est appelée à la fois à la communion et à l’unité, mais aussi et surtout à la mission, à l’Evangélisation ..

L’Evénement de la Pentecôte est un événement extraordinaire pour ceux qui en sont les bénéficiaires. Pierre et les autres amis de Jésus, se mettent à parler en d’autres langues. Et la Bonne Nouvelle est entendue. Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ?

L'Eglise d'aujourd'hui comme la primitive Eglise de Jérusalem ne pourra témoigner de son Dieu que si elle parle la langue maternelle de chaque groupe humain. Si elle a le désir d’accueillir chacun, chaque groupe dans sa recherche et son désir d’humanité. Si elle va à la rencontre des autres en reconnaissant que l’Esprit, est déjà à l’œuvre chez chacun… L'Esprit de la Pentecôte vient d’abord montrer une église qui écoute, et qui apprend à se faire tout à tous.


Et nous, frères et sœurs, aujourd'hui en quelles langues annonçons nous les merveilles de Dieu ? Comment se manifeste en dehors de la maison de Dieu cette foi qui nous habite ? Est-ce le langage de l’engagement pour la justice, de l’attention aux plus pauvres, à ceux qui ont fui leur pays, à ceux qui souffrent, aux chômeurs, à ceux qui sont âgés ou malades ? ….


Cette fête de Pentecôte nous appelle à deux attitudes profondes : A l
’humilité, car nous le savons nos forces pour témoigner de notre foi restent bien fragiles …Mais aussi à la confiance... Car nous croyons que chaque personne a du prix aux yeux de Dieu, qu'elle a une vocation qui lui vient de Dieu.

Nous croyons que le Christ nous appelle à bâtir des communautés ouvertes et accueillantes, signes d'amour et d'espérance. Nous croyons que le Christ ressuscité nous convoque chaque dimanche pour nous nourrir et nous envoyer porter la Bonne Nouvelle. Nous croyons que nous sommes tous concernés par l’annonce de l’Evangile.

 

 

Marcel GASNIER, curé

PAQUES, FETE de la VIE

Le samedi 11 avril 2020

Depuis plusieurs semaines nous vivons sur notre planète une expérience tout à fait particulière. Depuis le temps du confinement, notre vie dans ce qu’elle avait d’ordinaire et de régulier a changé. Dans notre vie d’Eglise, beaucoup de choses ont changé aussi. Pendant ce temps du Carême, Nous n’avons pas pu vivre ces rassemblements du vendredi « bol de soupe » qui permettaient à chacune de nos communautés d’accueillir un témoin et d’ouvrir leurs portes à d’autres membres de la paroisse. Nous n’avons pas pu nous regrouper dans nos églises pour célébrer ensemble ce temps de la messe, qui apparaît maintenant à beaucoup de ceux qui en ont été privés comme un moment essentiel de la vie chrétienne. Souhaitons que ce manque vécu rendra plus intense encore notre désir de rencontrer le Christ dans l’Eucharistie !

Dans beaucoup de familles, on a eu le souci de donner une place à Dieu dans la prière, dans la réflexion commune. On a aussi cherché à faire plus attention et à prendre des nouvelles de tous ceux avec qui nous faisons habituellement la route de la vie et de la foi. Une manière toute simple de mettre en pratique le commandement de l’amour des autres… et de nous souvenir que le Christ est présent dans chacun et chacune de nos frères et sœurs, dans toutes nos maisons et dans notre vie quotidienne.
Le temps de la semaine Sainte, privée des célébrations essentielles qui nous mènent au cœur de notre foi chrétienne, fait vivre à beaucoup un temps d’épreuve et fait renaître en nous le désir de vivre plus intensément notre baptême.
Cette année, la fête de Pâques, vécue sous le signe du confinement, vient nous redire avec force que l’événement pascal se déroule aussi dans ce même contexte de confinement . La lecture de la passion nous montre clairement que la violence, l’agressivité, la haine, le mépris, le mensonge, la peur des autres, les sentiments les moins nobles s’y expriment largement et vont conduire Jésus jusqu’au tombeau…

 

MAIS AU MATIN DE PAQUES, C'EST L'EXPLOSION, LA VICTOIRE DE LA VIE....

 

Ecoutons Saint Pierre ce dimanche de Pâques : « Jésus de Nazareth : Dieu lui a donné l’onction d’Esprit -Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du Diable, car Dieu était avec lui… Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. » C’est de ce mystère de vie que les Apôtres vont rendre compte toute leur vie. Jésus Christ crucifié est aujourd’hui vivant, mais d’une autre manière. Aujourd’hui, nous sommes tous appelés à vivre de cette même foi en la Résurrection, de cette même vie de Dieu donnée par Jésus le Christ.

Cet événement ouvre à l’humanité un chemin d’espérance, car la puissance de la Résurrection est toujours à l’œuvre dans notre monde. Le Seigneur ressuscité vivant dans le monde et dans nos frères et sœurs appelle chacun à la vie. L’appel à la foi est toujours un appel à la vie. Aujourd’hui encore Dieu est présent et agissant dans tous nos engagements pour plus de vérité, de justice, d’amour et de liberté.
Célébrer Pâques, c’est annoncer que pour toujours la vie est plus forte que la mort. C’est participer dès maintenant à cette victoire de la vie mais cela ne supprime pas le tragique de l’existence. Pour vivre vraiment, il nous faut nous donner à Dieu et aux autres et prendre le chemin du service.
Ce que nous avons commencé à faire en ce temps de confinement, puissions-nous le continuer chaque jour, sans nous lasser et de cette manière Pâques entrera vraiment dans notre vie…

Marcel GASNIER, curé

JEUDI SAINT

Le jeudi 9 avril 2020

Le JEUDI-SAINT est une grande fête pour l'Eglise du Christ et pourtant, à travers le monde, beaucoup de communautés chrétiennes ne pourront se rassembler, pour célébrer la Cène, le Dernier Repas que Jésus a pris avec ses amis.

Le jeudi-Saint est jour de joie et de fête. C'est le jour où le Christ a institué les premiers prêtres dans son Eglise.

Aujourd’hui, à travers la lecture de l'Evangile du lavement des pieds, nous entendrons rappeler comme une exigence évangélique prioritaire et indispensable l’amour et le service des autres ...

Comme nous le faisons à chaque Eucharistie : Nous nous rassemblons pour proclamer la mort du Seigneur. Et cette mort du Seigneur n'est pas qu'un simple épisode du passé. Elle est l'aboutissement de toute une vie, donnée, partagée, comme le pain de la table...

Nous nous rassemblons pour célébrer la Résurrection du Christ

Le Christ vivant continue de nous aimer... Et il se donne à nous ... pour qu'avec lui, nous aimions nos frères et sœurs, et qu'à notre tour, nous donnions notre vie pour eux.

Nous nous rassemblons pour attendre sa venue dans la gloire.

L’évangile de ce jour nous dit clairement comment doit être vécue l’attente du Seigneur. Dans un geste plein de signification et réservé aux esclaves, Jésus se met aux pieds de ses amis et leur lave les pieds. Il montre concrètement quelle forme prend un amour réel, exprimé en actes : l'amour vrai est toujours service, service des plus petits et des plus pauvres ..

A la fin de ce geste, Jésus pose la question : « comprenez-vous ce que je viens de faire ? » comprendre vraiment son geste, c’est faire comme lui, c’est agir, avec lui….

Beaucoup parmi nous l'ont compris... mais nous avons tous encore un peu de chemin à faire pour avancer dans ce chemin de présence et d’attention aux autres… Avec nos moyens que nous disons "faibles" nous pourrions tant faire ...

Mère Térésa que nous connaissons tous, a trouvé dans le service des autres une joie, une qualité de vie qui faisait venir à elle tant de générosités et de bonnes volontés.

Elle disait un jour : « La foi en actes est amour ...L'amour en actes est service..." Pour moi, je dois avouer que les pauvres nous donnent infiniment plus que nous ne leur donnons nous-mêmes. Il nous faut apprendre à les connaître. Toute connaissance nous amènera à les aimer et à les servir, à les servir de nos mains...à les aimer de tout notre cœur... »

 

Cette découverte, on peut la vivre, non seulement avec les pauvres des quartiers de Calcutta, mais sans doute dans bien des rues et des villages de notre paroisse

où tant de personnes attendent notre aide, notre visite, attendent d’être écoutées, accueillies, aimées.

 

PRIONS LES UNS AVEC LES AUTRES, LES UNS POUR LES AUTRES.

PRIONS POUR LES MINISTRES ORDONNES : le PAPE, les EVEQUES,

les PRETRES et les DIACRES

Vivre la semaine sainte

Le vendredi 3 avril 2020

 

Avec le dimanche des Rameaux et de la Passion, nous entrons dans la grande semaine, la Semaine Sainte pendant laquelle nous voulons accompagner le Christ Jésus dans ce chemin qui, à travers la passion et la mort, le conduit jusqu’à la résurrection. Nous voulons vivre en union avec lui tous ces événements qui nous apportent le salut et la vie. Contemplons le Christ qui fait librement le don de sa vie et pendant cette semaine chargée d’émotions, essayons de réaliser un peu mieux de quel amour nous sommes aimés. Baptisés, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, nous avons reçu en nous cette vie de Dieu que Jésus nous apporte.
Ces moments forts de la célébration de la foi qui habituellement rassemblent les chrétiens des diverses communautés de la paroisse ne pourront donc avoir lieu cette année en raison du confinement, et nous sommes donc invités à vivre autrement cette semaine dans 
une dimension familiale.

 Quels moyens peuvent nous aider à vivre au mieux cette semaine particulière ?

 Pour vivre en famille ces moments importants de la Semaine Sainte, sachons donc nous aussi choisir un lieu, le « beau coin » dans notre maison, un espace particulièrement dédié à la prière. Essayons de l’aménager en y disposant une croix, une icône du Christ, une Bible, des objets qui nous relient à tous ceux qui nous sont chers et qui sont loin de nous .Des bougies peuvent être allumées par les enfants .

Choisissons le moment le plus favorable pour vivre ce temps de recueillement et donnons-nous rendez-vous pour lire la Parole que Dieu nous adresse chaque jour et qu’on peut trouver dans un missel, ou sur Internet, en particulier sur le site aelf : https://www.aelf.org/

On peut aussi prendre le temps d’écouter une belle pièce musicale ou de chanter ensemble un cantique connu et dont on peut trouver la musique sur youtube.

Il est fortement recommandé de bien préparer ce temps de prière, avant d’y entrer, de définir ensemble son contenu et son rythme et de laisser une seule personne, après accord, assurer la présidence …

Pour ne pas être dérangé, pour bien garder le silence nécessaire à la rencontre du Seigneur, il est souhaitable aussi de couper son téléphone…

Soyons tous persuadés que le Seigneur écoute la prière des petits, des pauvres et des humbles et qu’il ne la laisse pas sans réponse.

Marcel Gasnier, curé

 

Accueil | Où s'adresser? | Aide