|


Edito

Page : [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

Le temps de reprendre la route ...

Le jeudi 5 septembre 2019

Avec le mois de septembre, une nouvelle étape commence pour beaucoup d’entre nous, petits et grands. Nous ne savons pas ce qu’elle sera mais nous pressentons qu’elle nous apportera une part de bonheur si nous la préparons avec soin, si nous nous y engageons résolument et si nous mettons tous nos efforts pour avancer sur le bon chemin.

Nous savons qu’elle sera bonne si nous avons le souci d’appuyer nos choix sur les orientations pastorales qui figurent en bonne place dans toutes nos églises, et qui nous rappellent que c’est la qualité de notre présence aux autres et le souci de donner une place à Dieu qui peuvent donner une réelle consistance à notre vie de chaque jour.

Pour les enfants et les jeunes de l’aumônerie, c’est la reprise des rencontres et c’est l’occasion favorable pour progresser avec les autres et en famille dans le désir de mieux connaître Jésus et de chercher à discerner ce qu’il attend de chacun de nous…
C’est ensemble, dans la rencontre, dans le partage et dans la confiance que nous pouvons grandir dans le chemin de la foi. Et donner sens à notre vie… OUI, cette année encore osons la rencontre avec DIEU, cultivons la bienveillance à l’égard de toute personne… Gardons un cœur accueillant à tous ceux qui ont du fuir leur pays et à tous ceux qui ont tant de mal à trouver leur place dans le nôtre…
Vivons ainsi et la nouvelle année portera des beaux fruits !


Père Marcel GASNIER

Le jeudi 11 juillet 2019

Pentecote : l'heure de la sortie

Le samedi 1 juin 2019

Quels bouleversements lors de la PREMIERE PENTECOTE ! 

Les apôtres qui vivent dans l’insécurité, qui ont peur et qui sont enfermés se retrouvent au-dehors. Complètement transformés. Ils ont reçu l’Esprit-Saint. Cet Esprit qui fait sauter les verrous de la peur et tous les verrous derrière lesquels on s’enferme pour se protéger des autres. Les verrous qu’on met devant nos yeux pour ne pas les voir et ne pas les rencontrer. Les verrous de la crainte et de la timidité qui sont souvent des bonnes raisons pour ne rien faire. 

Les verrous de l’égoïsme, de l’individualisme, du repli sur soi, qui sont tellement à l’œuvre dans notre monde caractérisé par ce nouveau phénomène de « l’archipellisation ».


Pentecôte c’est l’heure de la sortie. 

Sortons comme Jésus est sorti du tombeau. Pentecôte ce n’est pas l’heure de la division comme à Babel : c’est l’heure du rassemblement. C’est l’heure de la naissance de l’église universelle. Plus de barrière de langues, de races, de nations. Sachons nous accepter différents. Apprenons à parler la langue des autres, c’est-à-dire à les accueillir avec leur histoire, leur culture mais aussi avec leur attente et leur espérance. Nous ne sommes plus des étrangers les uns pour les autres, nous sommes des frères. Nous sommes surtout appelés à le devenir. Car le Saint Esprit par une même foi partagée vient refaire l’unité perdue.


Pentecôte, c’est l’heure de la fraternité, 

comme le rappelle l’une de nos orientations pastorales, une fraternité qui s’ouvre aux périphéries, comme l’indique le pape François : « Les paroisses doivent devenir des îles de la miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence ». Ensemble fortifions notre désir d’avancer dans ce chemin de la fraternité pour que personne autour de nous, voisin ou étranger, ne soit oublié, rejeté ou méprisé. Cette ouverture à l’autre apporte toujours la joie et donne sens à la vie et Jésus nous le dit encore aujourd’hui : «Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites».

 

Marcel GASNIER, curé.

 

Le Bonheur de croire

Le jeudi 2 mai 2019

A l’occasion des célébrations de la Semaine Sainte et particulièrement de la veillée pascale et du jour de Pâques, j’ai entendu de nombreuses personnes de tous âges, qui disaient que tous ces moments vécus avec les autres et dans la foi au Christ ressuscité leur avait apporté un réel bonheur, un temps de paix profonde.
C’est assurément un véritable bonheur de croire : croire en quelqu’un, croire en ses possibilités, croire en la vie, croire en l’avenir. Nous avons tous besoin de croire en quelque chose et mieux encore en quelqu’un.
Croire, c’est sortir de soi-même, c’est ouvrir une porte, c’est s’engager dans un chemin. C’est entrer dans une relation qui peut nous changer et nous apporter aussi une part de vie et de nouveauté.

Croire au Christ ressuscité, c’est pouvoir donner un sens profond à notre vie. C’est avoir le sentiment profond qu’il nous accompagne et qu’il n’a qu’un désir : nous aider à trouver librement le chemin du bonheur.

Et comme il nous a dit qu’il n’y a qu’une manière de réussir sa vie c’est de la donner, il attend de chacun de nous que nous prenions notre participation dans la vie de l’église et du monde pour faire grandir là où nous vivons la justice, l’amour, l’accueil et le respect des autres.


Que cette fête de Pâques et l’espérance qu’elle nous apporte nous donne à tous l’énergie nécessaire et le courage pour nous engager à construire un monde plus harmonieux et aussi plus humain et plus fraternel.
Marcel GASNIER, curé.

Notre bapteme

Le mardi 2 avril 2019

Le temps du carême est, nous le savons, cette période de l’année liturgique qui nous prépare à la célébration de la fête de PAQUES, un événement qui a changé le monde et qui nous plonge au cœur de notre foi, la mort et la résurrection du Christ.


« La résurrection, pour moi, ce n’est pas quelque chose, » dit Olivier Clément, « mais quelqu’un, et ce quelqu’un, c’est Jésus-Christ vivant. C’est le mystère de la Vie, d’une vie tellement puissante qu’elle a retourné la mort, qu’elle en change la signification »

 

C’est par le baptême que nous recevons cette Vie de Dieu, qu’il vient vivre en nous et nous faire vivre avec lui. À l’occasion de la fête de Pâques 2019, plusieurs milliers d’adultes seront baptisés dans la foi catholique cette année en France. Dans notre diocèse, 38 catéchumènes seront baptisés lors de la veillée pascale. Annie et Yasmina font partie de cette équipe et recevront le baptême dans notre communauté paroissiale. Depuis deux années, elles cheminent en Église et se préparent à recevoir les trois « sacrements de l’initiation », baptême, confirmation, eucharistie.
Un tel événement a de quoi nous étonner et nous interroger. Dans notre monde où Dieu paraît souvent absent, où l’indifférence est grande, où beaucoup s’éloignent de l’Eglise, Dieu continue à parler au cœur d’hommes et de femmes - de tous âges et majoritairement entre 18 et 35 ans - de milieux sociaux et culturels très divers.
A un moment de leur vie, à l’occasion d’événements touchant à la naissance, à l’éducation des enfants, à l’amour ou à la mort, au temps de l’épreuve ou de la maladie, ces personnes font l’expérience d’un appel, d’une présence qui va les mettre librement en mouvement et les conduire à découvrir progressivement le visage de Dieu manifesté en Jésus-Christ.
Leur réponse à l’appel du Seigneur est pour nous un motif de joie et d’action de grâce et surtout une invitation à réveiller nous aussi ce don du baptême que nous avons reçu et à grandir comme des témoins vivants de notre foi.

Marcel Gasnier, curé

Accueil | Où s'adresser? | Aide